CComment gagner de l'argent avec les Options Binaires

Suivez nous sur :
suivez degoter.com sur youtube suivez degoter.com sur degoter.com sur feeds feedburner suivez degoter.com sur Twitter
Translator
Notre Coup de Coeur

Logiciel de référencement Quick Reference


Travail a domicile Option Binaire


Expert en marketing internet

Abonnez-vous!
Soyez automatiquement informé dès
qu'un sujet est inséré.

Cliquez ici pour
VOUS abonner

Abonnement RSS
Ebook Offert

GRATUIT VOTRE PACK TWITTER

Augmenter votre trafic grace à twitter

Développez votre réseau Twitter pour enfin obtenir un trafic GRATUIT de qualité.


Laissez nous un commentaire, vous pouvez y ajouter un lien de votre choix, cela améliore VOTRE référencement, notre BLOG est en "Doffolow" ! De plus, je vous offre DES superbes cadeaux ;)

Avez-vous peur en avion?

« LES passagers du vol 210 sont invités à se présenter en salle d’embarquement. » Plusieurs centaines de passagers prennent en hâte leurs bagages à main ainsi que les revues et journaux qu’ils viennent d’acheter. Tandis qu’ils s’apprêtent à monter à bord de l’avion, c’est la gorge serrée que parents et amis leur font leurs adieux et les embrassent.

Quelques minutes plus tard, les passagers sentent les vibrations des quatre énormes réacteurs, chacun dépassant la hauteur d’un homme. À plein régime, leur puissance de poussée dépasse 100 000 chevaux. L’avion transporte 140 tonnes de kérosène, soit environ 180 000 litres — de quoi remplir une piscine de belle taille!

S’éloignant de la rampe d’embarquement, l’avion se dirige sans secousse vers la piste d’envol. En attendant que la tour de contrôle signale que la voie est libre pour le décollage, l’équipage effectue une longue série de contrôles. Tout est en ordre! « Vol 210 autorisé à décoller. » Le pilote met les gaz. « Nous allons décoller. » L’avion accélère, et les passagers sont plaqués contre leur siège. Le pilote ramène le levier de commande, relevant ainsi le nez de l’appareil. Bientôt c’est le décollage, et en peu de temps l’avion atteint son altitude de vol à 11 300 mètres et sa vitesse de croisière de 885 kilomètres à l’heure. À peine quelques heures après, les centaines de passagers arriveront à bon port à des milliers de kilomètres de là.

Hélas! tout ne se passe pas si bien. Certains sont paralysés par la peur, au point de ne pas même vouloir jeter un coup d’œil par les hublots. Figés, ils ont le regard fixe, projeté droit devant eux. D’autres, les mains moites et les doigts blancs à force de s’agripper aux accoudoirs, ont l’estomac noué et le cœur qui bat la chamade. Quelques-uns ont la nausée. Inutile de lire ou de feuilleter des revues. Cela ne leur apporterait aucun soulagement.

La phobie de l’avion a des causes diverses. Ce qui effraie l’un peut ne pas effrayer l’autre. Il peut s’agir de la peur de l’altitude, de la foule, des espaces clos, de la mort, de voler au-dessus de la mer, etc.

La peur en avion: un phénomène courant

Des centaines de personnes préfèrent voyager pendant plusieurs jours en voiture ou en train, parce qu’elles ont peur de monter en avion. Rien qu’aux États-Unis, il y aurait plus de 25 millions de phobiques de l’avion, soit un adulte sur six. Dans le monde, cette proportion est encore plus élevée. On estime que la phobie de l’avion représente pour les compagnies aériennes un manque à gagner annuel de près de 9 milliards de francs français, l’équivalent de 21,2 millions de déplacements — soit 6 millions de voyages d’affaires et 15,2 millions de voyages d’agrément.

Un ancien pilote de ligne a demandé à quelques phobiques s’ils avaient peur quand un parent ou un ami intime prenait l’avion; ceux-ci ont presque tous répondu par la négative. Un spécialiste de la phobie de l’avion a expliqué lors d’un stage: « Quand je demande à mes patients: ‘Me laisseriez-vous prendre l’avion la semaine prochaine?’ tous disent: ‘Oui, bien sûr.’ J’ajoute alors: ‘Pourquoi? N’avez-vous pas peur que je meure?’ Ils rient et affirment: ‘Mais non, vous n’allez pas mourir!’ »

Un autre conseiller en la matière a déclaré: « Je pose souvent ces questions à mes patients: ‘Connaissez-vous des personnes qui soient mortes dans un accident d’avion?’ Généralement ils me répondent: ‘Aucune.’ ‘En connaissez-vous qui soient mortes dans un accident de voiture?’ Cette fois ils disent: ‘Deux ou trois.’ »

Les causes

Les statistiques confirment l’avis des experts: les gros porteurs modernes sont des moyens de transport remarquablement sûrs. D’après des actuaires, dont le travail consiste à calculer pour le compte des compagnies d’assurance les risques à couvrir et les primes, pour traverser les États-Unis, il est six fois plus sûr de prendre l’avion que la voiture. Le personnel navigant s’empresse de faire remarquer que la partie la plus dangereuse d’un voyage en avion, ce n’est pas le vol mais le trajet jusqu’à l’aéroport.

Alors que le transport aérien n’a jamais atteint un tel développement, pourquoi certaines personnes ont-elles peur en avion? (Bien que de nombreux hommes répugnent à le reconnaître, on estime qu’à peu près autant d’hommes que de femmes ont la phobie de l’avion.) Ces personnes estiment que leur crainte est nourrie par les médias qui font grand bruit autour des catastrophes aériennes, les commentant pendant plusieurs jours, et par le nombre de détournements d’avion. Également, entendant parler de collisions aériennes évitées de justesse, de l’encombrement du ciel et de la réduction du personnel dans les tours de contrôle, c’est avec une vive appréhension que ces phobiques montent à bord d’un appareil. Néanmoins, les faits et les chiffres continuent de prouver que l’avion est un moyen de locomotion relativement sûr.

Comment en guérir?

Tout d’abord, depuis quelques années, plusieurs grandes compagnies aériennes essaient de convaincre les phobiques de l’avion de la sûreté du transport aérien. Dans de nombreuses grandes villes du monde entier, elles organisent des stages auxquels participent des pilotes, des membres du personnel navigant et des spécialistes en psychologie clinique. Pour chaque stagiaire le coût s’élève à environ 1 000 francs français, auxquels s’ajoute le prix du vol de fin de stage. Le programme: des discussions par questions et réponses, la visite guidée d’un aéroport — ce qui permet de se familiariser avec les lieux — et, l’épreuve finale, un voyage en avion.

Un instructeur déclare: « Quatre-vingt-dix pour cent des personnes que nous traitons ont déjà pris l’avion. La moitié d’entre elles ont cessé à cause de leur peur, l’autre moitié continue, mais à grand-peine. Seulement 10 % des stagiaires ne sont jamais montés en avion. » Ces stages ont aidé des milliers de phobiques à se sentir à l’aise en avion.

Puisqu’il n’est pas toujours possible à qui doit prendre l’avion — pour un déplacement urgent, par exemple — de suivre un tel stage, voici quelques suggestions données par des conseillers spécialisés: Prévoyez d’arriver largement en avance à l’aéroport. Arriver à la dernière minute et courir pour embarquer peut augmenter votre anxiété. Un psychologue déclare: « Je conseille aux phobiques de ne pas s’asseoir dans les tout derniers sièges, qui sont moins confortables et où l’on sent davantage les mouvements de l’avion. » L’avant de l’appareil est plus confortable et plus calme. Cependant, puisque l’avant est souvent un compartiment de première classe et que beaucoup ne désirent pas payer de supplément, on peut préférer les places près des ailes, les meilleures après les sièges avant. Si regarder par le hublot vous effraie, asseyez-vous loin des hublots. Le livre Manuel du voyage en avion (angl.) donne cette recommandation: « Une fois installé, (…) respirez profondément à plusieurs reprises. Ce curieux exercice s’est avéré efficace même pour le plus sceptique. Faites-le les yeux fermés. Concentrez-vous et puisez dans votre force intérieure. (…) Dès que possible, levez-vous, étirez-vous et déplacez-vous.

« Il est important de dire aux phobiques que l’alcool ne leur sera d’aucun secours, explique un moniteur de stage. À une pression équivalente à celle qui règne à 1 500 mètres d’altitude, un verre en vaut un et demi.

De plus, l’alcool dessèche le système nerveux, déshydrate les muqueuses, met le sujet mal à l’aise, peut le rendre plus sensible au mouvement, lui donner des nausées et, finalement, le traumatiser. »

« Se crisper sur son siège, explique un autre moniteur, est l’une des pires réactions.

Glissez-vous plutôt un coussin dans le dos, cela vous aidera à vous décontracter. »

« Mesdames et Messieurs, ici le commandant de bord. Nous amorçons la descente et nous allons bientôt atterrir. Merci d’avoir voyagé sur nos lignes. » Quelques minutes plus tard, on entend un bruit sourd: c’est la sortie du train d’atterrissage. Le pilote reçoit l’autorisation d’atterrir, la piste est droit devant. Il relève lentement le nez de l’appareil. Nous voyons la piste en béton à travers les hublots. Ça y est, nous atterrissons! Les réacteurs grondent quand le pilote inverse la poussée des réacteurs pour ralentir. Le gros porteur finit par s’immobiliser sur son aire de parking. Encore un voyage réussi!

TransPacific Peur en avion
Comment gagner Peur en avion

Si vous aimez cet article, laissez-nous un commentaire plus bas et partagez le sur Twitter et sur Facebook avec les boutons ci-dessous, j'en serai ravi!

 

Abonnez-vous à notre Newsletter et soyez automatiquement
informé dès qu'un nouvel article est publié,
recevez nos 4 cadeaux de bienvenue.
Nom:
Adresse mail:

Sachez que vos données resteront confidentielles
Concu par WP-Optin-Form

Laisser un commentaire


Ce blog est dofollow ! 

Voulez-vous obtenir
GRATUITEMENT
du trafic sur votre site ou votre Blog ?


Créer une vidéo pour augmenter ses visiteurs   methode secrète pour le marketing

Dites moi ci-dessous à quelle
adresse e-mail
je peux vous
envoyer gratuitement
mes deux supers cadeaux.

Prénom:
Adresse mail:
Travail a domicile Option Binaire
Logiciel de Référencement
Utiles

Travail a domicile Trade
Notre blog degoter.com est Boosté par WP-AVALANCHE

Notre blog degoter.com est Dofollow! Vos commentaires seront référencés rapidement par Google...et bien d'autres!

-->