CComment gagner de l'argent avec les Options Binaires

Suivez nous sur :
suivez degoter.com sur youtube suivez degoter.com sur degoter.com sur feeds feedburner suivez degoter.com sur Twitter
Translator
Notre Coup de Coeur

Logiciel de référencement Quick Reference


Travail a domicile Option Binaire


Expert en marketing internet

Abonnez-vous!
Soyez automatiquement informé dès
qu'un sujet est inséré.

Cliquez ici pour
VOUS abonner

Abonnement RSS
Ebook Offert

GRATUIT VOTRE PACK TWITTER

Augmenter votre trafic grace à twitter

Développez votre réseau Twitter pour enfin obtenir un trafic GRATUIT de qualité.


Laissez nous un commentaire, vous pouvez y ajouter un lien de votre choix, cela améliore VOTRE référencement, notre BLOG est en "Doffolow" ! De plus, je vous offre DES superbes cadeaux ;)

Qu’est-ce que le cancer ?
Quelles en sont les causes ?

AVEC le temps, et peut-être à juste titre, le mot « cancer » a fini par inspirer de l’aversion. Des expressions telles que « se répandre comme un cancer mortel et insidieux » ont amené bien des gens à ne pas vouloir entendre parler de ce mot ni de sa véritable portée.

Pourtant, quand on aborde ce sujet ouvertement et d’une manière objective, il paraît moins effrayant. On s’aperçoit qu’au lieu d’être toujours « mortel » le cancer est souvent « guérissable »; qu’au lieu de « se généraliser » dans tous les cas il est souvent guéri alors qu’il est encore localisé. Qu’est-ce donc réellement que le cancer? Quelles en sont les causes?

Les cancérologues britanniques Richard Doll et Richard Peto en donnent cette définition: « Les divers cancers qui frappent les humains sont des maladies dans lesquelles l’une des nombreuses cellules de l’organisme se modifie et ne cesse de se multiplier anarchiquement, produisant ainsi des millions d’autres cellules présentant la même anomalie. Certaines d’entre elles émigrent parfois vers d’autres parties du corps qu’elles finissent par envahir. » — Les causes du cancer.

La grande question est donc de savoir pourquoi cela se produit. Pourquoi certaines cellules échappent-elles à leur mécanisme de régulation et prolifèrent-elles anormalement?

Notre style de vie a-t-il une incidence?

Au stade où en est la recherche sur le cancer, les médecins sont loin de pouvoir conjurer complètement ce fléau. En fait, le nombre de victimes s’accroît, comme les docteurs John Bailar et Elaine Smith l’ont récemment confirmé en ces termes: « En gros, de 1973 à 1981, le nombre total de néoplasmes [cancers] s’est accru de 13 pour cent. (…) Il n’y a aucune raison de penser que le cancer, dans son ensemble, est en voie de régression. » — The New England Journal of Medicine.

La plupart des cancérologues sont partagés entre la nécessité de trouver un traitement adéquat pour combattre les tumeurs malignes et la nécessité d’encourager les mesures préventives en découvrant les véritables causes de cette maladie. La recherche de ces causes conduit à un labyrinthe de théories diverses: Faut-il inculper les virus, les gènes, les réactions immunitaires, les produits chimiques, le milieu, les substances toxiques introduites dans l’organisme, la combinaison de ces divers facteurs, ou quelque chose d’autre? Et par quel processus une cellule devient-elle maligne puis émigre-t-elle?

Un cancérologue, le professeur Stephan Tanneberger, a déclaré ceci: « Il est désormais établi qu’une cellule normale possédant une certaine configuration génétique se transforme graduellement en une cellule maligne sous l’effet de plusieurs facteurs. Nous savons que les virus, les radiations et les substances chimiques sont au nombre de ces facteurs, mais il est prudent de dire que seule l’interaction de plusieurs d’entre eux provoque l’apparition d’une cellule cancéreuse au cours d’un processus par étapes. » — Prisma.

Quel rapport cela a-t-il avec notre vie quotidienne? Selon le docteur Charles LeMaistre, président de la Ligue américaine contre le cancer, nos habitudes journalières ont un lien avec les causes du cancer. Voici ses paroles: « La plupart des chercheurs sont maintenant persuadés que nos habitudes quotidiennes — ce que nous mangeons et buvons, l’usage du tabac, l’exposition aux rayons du soleil — déterminent dans une large mesure nos risques de contracter différents types de cancers. » — Revue Ebony.

Ce point de vue est confirmé par les chercheurs Doll et Peto, de l’université d’Oxford, qui affirment: « L’observation des caprices du comportement humain peut souffler au chercheur des solutions qu’il ne trouverait peut-être jamais en laboratoire. Historiquement, cette observation a constitué dans une large mesure le point de départ de la recherche sur le cancer, car elle a dévoilé le danger que présente l’exposition aux produits de la combustion du charbon, aux rayons du soleil, aux rayons X, à l’amiante et à de nombreux produits chimiques. Elle a attiré l’attention sur les risques encourus par ceux qui mâchent divers mélanges à base de bétel, de chaux vive et de tabac, ainsi que par ceux qui fument. »

Le style de vie et l’environnement variant d’une nation à l’autre, certains types de cancers sont plus ou moins fréquents suivant le pays. Par exemple, l’Angleterre, où l’usage du tabac est répandu depuis des dizaines d’années, arrive en tête pour ce qui est du cancer du poumon. Par contre, le Nigeria, dont les habitants ne sont pas aussi esclaves du tabac, est beaucoup moins frappé par cette maladie pour l’instant. C’est dans le Connecticut, aux États-Unis, que les cancers du côlon et de la vessie sont les plus fréquents, et c’est encore au Nigeria qu’ils sont le moins nombreux.

Un autre exemple indiquant que le style de vie peut contribuer à l’apparition du cancer nous est fourni par le sarcome de Kaposi. Ce cancer, qui était habituellement rare, frappe depuis quelques années les homosexuels atteints du SIDA, syndrome qui affaiblit le système immunitaire et rend sujet aux infections en général et à cette maladie en particulier.

Un autre facteur susceptible de provoquer le cancer est indiqué par le docteur Kenneth Pelletier, de la faculté de médecine de Californie: « De nombreuses études expérimentales faites sur l’animal et sur l’homme ont démontré que le stress, la dépression psychologique et d’autres facteurs psychosociaux affaiblissent la capacité de l’organisme à prévenir l’apparition ou à limiter l’extension d’une maladie telle que le cancer. » — La médecine holistique [globale] (angl.).

D’autres médecins soutiennent également que le stress peut affaiblir le système immunitaire et, par conséquent, rendre sujet au cancer et à d’autres maladies. Mais examinons maintenant de plus près certains des principaux facteurs cancérogènes.

Le tabac: un ennemi mortel

On sait depuis des dizaines d’années que le tabac est cancérogène. Il n’est donc pas très étonnant de lire dans les journaux une telle déclaration: « Sur la base d’un rapport indiquant que le tabac est responsable de près d’un million de décès chaque année, l’Organisation mondiale de la santé a publié un texte qui condamne avec force l’usage du tabac. » Selon ce texte, publié dans le New York Times, « le tabac est responsable de 90 pour cent de tous les cas de cancer du poumon, de 75 pour cent de tous les cas de bronchite chronique et d’emphysème, et de 25 pour cent des ischémies cardiaques. Il cause également d’autres types de cancer, des complications chez les femmes enceintes et des maladies des voies respiratoires ».

Le tabac a une telle responsabilité dans l’apparition du cancer que le docteur Byron Bailey, de la faculté de médecine du Texas, a écrit ceci dans les pages du JAMA (Journal de l’Association des médecins américains): « Nous devons prendre conscience qu’aujourd’hui le tabagisme engendre la dépendance la plus mortelle qui soit aux États-Unis [et même dans le monde!] et qu’il prélève un plus lourd tribut en vies et en dollars que la cocaïne, l’héroïne, le syndrome immunodéficitaire acquis, les accidents de la route, les meurtres et les actes de terrorisme, tout cela réuni. »

Mais que dire du tabac à priser ou à chiquer dont des millions de personnes font usage à travers le monde? À son sujet, une revue médicale américaine a publié ce rapport: « En Inde et dans certaines régions du centre et du sud-est de l’Asie, le cancer de la bouche est beaucoup plus fréquent qu’aux États-Unis. En fait, c’est le cancer le plus courant dans cette partie du monde. » On pouvait lire encore: « Il est établi que l’habitude de chiquer du tabac, parfois mélangé à d’autres substances comme la noix d’arec, la feuille de bétel et la chaux vive, accroît considérablement le risque de cancer de la bouche. » — The New England Journal of Medicine.

Tabac et alcool: des complices?

Mais que se passe-t-il lorsque tabac et alcool sont associés? Les docteurs Doll et Peto affirment que dans ce cas l’alcool « ‘entre en interaction’ avec le tabac, chacun augmentant les effets produits par l’autre. Depuis 60 ans, on soupçonne l’alcool de favoriser l’apparition du cancer, car il a été démontré que les cancers de la bouche, du pharynx, du larynx et de l’œsophage étaient particulièrement fréquents chez les hommes dont l’activité professionnelle les amenait à consommer de grandes quantités d’alcool ».

Cette conclusion est confirmée par cette déclaration d’un cancérologue allemand, le professeur Tanneberger: « Le tabagisme et la consommation excessive d’alcool constituent des facteurs carcinogènes de premier ordre. (…) Il est indéniable qu’il existe une relation de cause à effet entre le mode de vie d’une personne et l’apparition du cancer. »

Des tueurs « innocents »

Chaque année, des millions de personnes s’exposent à des tueurs fous qui semblent aussi agréables qu’innocents: les rayons du soleil. Effectivement, surtout s’ils causent de graves coups de soleil pendant l’adolescence, ils peuvent favoriser l’éclosion du mélanome, un cancer de la peau caractérisé par une forte pigmentation. Un ouvrage médical donne cette explication: « Le risque est sans doute maximal quand une personne à la peau claire s’expose soudain aux rayons du soleil. » — Les causes du cancer.

Il ne faut pas sous-estimer ce risque, car cette année, rien qu’aux États-Unis, on s’attend à ce que 23 000 personnes contractent un mélanome, et que ce cancer fasse 5 600 victimes. Les sujets à haut risque sont les personnes qui ont le teint clair, les yeux bleus, les cheveux blonds ou roux, et des taches de rousseur.

Les rayons X, lorsqu’ils sont utilisés trop souvent à l’occasion d’examens médicaux, s’avèrent être parfois d’autres causes « innocentes ». Nous lisons par exemple que « la fréquence (…) des cancers de la thyroïde connaît une augmentation plus rapide que celle de n’importe quel autre type de tumeur. Cela s’explique en partie par l’épidémie de cancers non mortels de la thyroïde, épidémie qui est due à l’usage médical des rayons X ». — Les causes du cancer.

Même la nourriture est une autre cause insoupçonnée du cancer. « Des études laissent entendre que des aliments et certains de leurs composants ont un rapport avec l’apparition du cancer. Les découvertes indiquent qu’une consommation importante de graisse dans les aliments peut favoriser l’éclosion du cancer. (…)

« Les scientifiques ont découvert qu’il existe une relation entre une carence en vitamines (A et C) et le cancer. Ils se sont aperçus par exemple qu’une alimentation pauvre en vitamine A peut engendrer les cancers de la prostate, du col de l’utérus, de la peau, de la vessie et du côlon. » — Selon le ministère américain de la Santé et de la Population.

Nous en avons un exemple curieux en l’aflatoxine, « sécrétée par le champignon Aspergillus flavus, qui contamine souvent les cacahuètes et d’autres aliments de base riches en hydrate de carbone entreposés sous les climats chauds et humides ». Selon les docteurs Doll et Peto, l’aflatoxine « est l’une des principales causes de l’apparition du cancer du foie dans certains pays tropicaux ».

Après les causes et les effets, à quoi s’intéresser?

Le fait est qu’il existe au moins 200 types de cancers différents dont l’apparition est due à de multiples causes distinctes ou liées. Dans certains cas, ces causes ne sont toujours pas connues exactement.

On soupçonne les additifs chimiques alimentaires et les polluants industriels d’être des facteurs cancérogènes. Pour certaines raisons, le cancer du sein est plus fréquent chez les femmes dont la première grossesse et la première lactation surviennent tardivement.

Puisque les scientifiques ont établi que de nombreux cancers sont dus au comportement humain et à des facteurs liés au milieu, nous en déduisons que les solutions efficaces au problème du cancer sont la prévention et le traitement.

Un diagnostic précoce: premier pas vers la guérison

Que faire si ces mesures préventives sont prises trop tard? Le rédacteur scientifique Edward Sylvester affirme qu’ »il y a toujours un espoir pour ceux qui craignent d’avoir contracté le cancer (…), mais (…) la plupart des progrès réalisés dans le traitement du cancer sont liés à un diagnostic précoce ». C’est pourquoi tous les spécialistes s’accordent pour dire qu’il est important d’être attentif aux signes précurseurs qui permettent parfois de déceler l’apparition d’un cancer. Quels sont-ils? En voici quelques-uns:

1. Une modification de l’aspect ou de la fréquence des selles ou de l’urine.
2. Une plaie qui ne guérit pas.
3. Une perte de sang ou un écoulement anormal.
4. Un durcissement ou une grosseur au sein ou ailleurs.
5. Des troubles digestifs réguliers ou des difficultés à avaler.
6. Une nette modification de l’aspect d’une verrue ou d’un grain de beauté.
7. Un enrouement ou une toux irritante qui persistent.
8. Une perte de poids soudaine et inexpliquée.

Dès l’apparition de l’un quelconque de ces symptômes, il faut consulter un médecin. Il se peut bien sûr qu’il ne s’agisse pas d’une manifestation pathologique du cancer. Mais plus vite vous le déterminerez, mieux ce sera.

On peut maintenant détecter les tumeurs d’une manière précoce au moyen de mammographies, de thermographies, d’échographies (images obtenues au moyen d’ultrasons), de scanographies, de frottis et d’analyses d’excreta. Les techniciens ont également réussi à mettre au point un système permettant d’établir un diagnostic encore plus précis et précoce, système baptisé RMN (Résonance magnétique nucléaire). Comme l’auteur John Boal l’explique, il s’agit d’ »un système non invasif qui ne fait pas appel aux radiations et ne cause aucune douleur ». Il est d’une telle efficacité que « lors d’une étude faite récemment à la faculté de médecine de Huntington il a permis de diagnostiquer des tumeurs cérébrales chez 93 patients dont les scanographies ne révélaient aucune anomalie ». (American Way.) Bien qu’il soit très coûteux, on pense que ce système sera installé dans des centaines d’hôpitaux américains.

TransPacific La lutte contre le cancer: Où en sommes nous?
Comment gagner La lutte contre le cancer: Où en sommes nous?

Si vous aimez cet article, laissez-nous un commentaire plus bas et partagez le sur Twitter et sur Facebook avec les boutons ci-dessous, j'en serai ravi!

Abonnez-vous à notre Newsletter et soyez automatiquement
informé dès qu'un nouvel article est publié,
recevez nos 4 cadeaux de bienvenue.
Nom:
Adresse mail:

Sachez que vos données resteront confidentielles
Concu par WP-Optin-Form

Laisser un commentaire


Ce blog est dofollow ! 

Voulez-vous obtenir
GRATUITEMENT
du trafic sur votre site ou votre Blog ?


Créer une vidéo pour augmenter ses visiteurs   methode secrète pour le marketing

Dites moi ci-dessous à quelle
adresse e-mail
je peux vous
envoyer gratuitement
mes deux supers cadeaux.

Prénom:
Adresse mail:
Travail a domicile Option Binaire
Logiciel de Référencement
Utiles

Travail a domicile Trade
Notre blog degoter.com est Boosté par WP-AVALANCHE

Notre blog degoter.com est Dofollow! Vos commentaires seront référencés rapidement par Google...et bien d'autres!

-->