Comment r�f�rencer mon site dans les moteurs de recherches

Suivez nous sur :
suivez degoter.com sur youtube suivez degoter.com sur degoter.com sur feeds feedburner suivez degoter.com sur Twitter
Translator
Notre Coup de Coeur

Logiciel de référencement Quick Reference


Travail a domicile Option Binaire


Expert en marketing internet

Abonnez-vous!
Soyez automatiquement informé dès
qu'un sujet est inséré.

Cliquez ici pour
VOUS abonner

Abonnement RSS
Ebook Offert

GRATUIT VOTRE PACK TWITTER

Augmenter votre trafic grace à twitter

Développez votre réseau Twitter pour enfin obtenir un trafic GRATUIT de qualité.


Laissez nous un commentaire, vous pouvez y ajouter un lien de votre choix, cela améliore VOTRE référencement, notre BLOG est en "Doffolow" ! De plus, je vous offre DES superbes cadeaux ;)

La préparation à l’accouchement — Une solution réaliste

CAROLE ressentit les premières contractions à quatre heures du matin; pourtant, Bertrand, son mari, attendit qu’elles deviennent plus fortes et plus rapprochées avant de l’emmener à l’hôpital.

À l’instant où les formalités d’admission se terminaient, les contractions se produisirent toutes les cinq minutes. Exécutant ce qu’elle avait appris dans son cours de préparation à l’accouchement, Carole commença à respirer selon le rythme de la « phase I ». Quand les contractions se firent sentir toutes les deux minutes, Carole passa à la « phase II » du rythme respiratoire. Un médecin l’examina alors et lui dit qu’elle n’accoucherait pas avant un bon moment. Pourtant, il avait à peine quitté la pièce que les contractions de Carole s’accélérèrent. Elle se mit donc à haleter selon le rythme de la « phase III ».

Mais où était Bertrand, son mari? Faisait-il nerveusement les cent pas dans la salle d’attente? Était-il exclu de la salle de travail? Pas du tout! Bertrand était là, à côté d’elle, lui rappelant ce qu’elle avait à faire tout au long de l’accouchement et, ce qui est sans doute plus important que tout, lui apportant son soutien moral.

Maintenant, le moment de l’expulsion est arrivé. Bertrand est juste derrière sa femme, il lui soutient la tête et les épaules tandis qu’elle obéit aux ordres du médecin: « Poussez! Poussez! » Au bout de quelques minutes, une petite fille d’un peu plus de quatre kilos, annonce bruyamment son arrivée au monde. Et cela sans aucun anesthésique ni traitement médicamenteux. Le père et la mère, entraînés et préparés à temps, ont pu participer ensemble à la naissance de leur enfant. Le projet d’accoucher à l’hôpital leur a donné l’assurance qu’ils obtiendraient une aide médicale s’il y avait des complications.

Cet accouchement était tout à fait différent de celui de leur premier enfant qui avait eu lieu dix ans plus tôt. À l’époque, Carole était entrée en travail sans être préparée à affronter la douleur intense causée par les contractions. Quand elle s’aperçut qu’elle était de nouveau enceinte, elle décida qu’il lui fallait absolument trouver une meilleure solution.

La technique Lamaze

Pour ce couple, la « meilleure solution », ce fut la technique mise au point par un obstétricien français, Fernand Lamaze. Quelque temps après avoir assisté à une conférence de gynécologie à Paris en 1952, ce médecin se rendit en Union soviétique afin d’en apprendre davantage sur les méthodes inventées récemment dans ce pays pour diminuer les douleurs de l’enfantement. Il y apporta quelques modifications en y ajoutant, par exemple, les techniques d’accélération de la respiration (celles employées par Carole), puis il utilisa ces méthodes au profit de ses propres parturientes.

Depuis cette époque, de plus en plus de personnes se méfient de l’accouchement sous anesthésie qui est pratiqué dans nombre de pays. Pourquoi? Des parents ressentent de l’inquiétude quand ils apprennent que le taux de mortalité des nouveau-nés est relativement élevé en Amérique du Nord où l’accouchement sous anesthésie est traditionnellement pratiqué. D’autres sont paniqués à l’idée de donner la vie et veulent être mieux informés. D’autres encore désirent seulement avoir un rôle plus actif dans la naissance de leur enfant. Quant au corps médical, il reconnaît l’importance de la participation des parents à la mise au monde de leur bébé. Après tout, ainsi que l’a déclaré le docteur Murray Enkin, « ce ne sont pas les médecins qui accouchent, mais la femme ».

C’est pourquoi les méthodes d’accouchement naturel ont fait l’effet d’une révolution dans la salle de travail. En 1956, dans un livre qui traite de l’accouchement sans douleur, le docteur Lamaze disait qu’une femme apprend à accoucher tout comme elle apprend à nager, à écrire ou à lire. De nombreux médecins sont maintenant convaincus de l’importance d’une préparation de la femme à l’accouchement sur tous les plans (physique, psychologique et intellectuel) ainsi que de l’aide et des encouragements de son mari.

Comment se passe cette préparation?

Un couple se prépare à l’accouchement en assistant à des cours spécialisés. On y apprend à la femme à considérer la naissance comme une expérience positive. On lui donne non seulement des notions d’anatomie féminine, mais également des explications sur les mécanismes de l’accouchement. Elle y pratique les techniques de respiration et de relaxation que Carole utilisa avec succès.

Ces méthodes serviront à détourner l’attention de la femme afin d’alléger les douleurs provoquées par les contractions utérines. Naturellement, une femme doit s’attendre à éprouver une certaine douleur ou des malaises lors du travail.

Cependant, la préparation aide la femme à juger la mise au monde d’un bébé d’une manière positive afin que les douleurs de l’enfantement lui paraissent moins pénibles. Cela réduit souvent le besoin d’anesthésiques, quand cela ne l’élimine pas totalement.

Les avantages

L’image typique du père anxieux qui arpente la salle d’attente est dépassée. De nos jours, de nombreux maris se rendent compte qu’en apportant un soutien moral à leur femme, non seulement ils facilitent la mise au monde, mais en plus ils en tirent un avantage à long terme: la consolidation de leur mariage. Une femme reconnaissante déclara: « Je pense que c’est vraiment merveilleux quand un mari peut venir avec sa femme dans la salle d’accouchement. Mon mari était présent lors de la naissance de notre fils et il en parle encore aujourd’hui. »

Une étude montra qu’aux Pays-Bas où quatre-vingts pour cent des femmes utilisent les techniques de préparation à l’accouchement, moins de cinq pour cent ont besoin de quelque médicament pendant la parturition. Celui qui retire le plus de bienfaits de cette méthode est peut-être le nouveau-né. Un pédiatre, T. Berry Brazelton, observa que « dans une étude portant sur un groupe de bébés allaités au sein, on avait découvert que ceux dont les mères n’avaient pas pris de sédatif commençaient à se rétablir et à prendre du poids vingt-quatre ou quarante-huit heures avant le groupe d’enfants dont les mères avaient été sous traitement médicamenteux ». Il arrivait à cette conclusion: « Pour moi cela voulait dire que la production de lait maternel était réduite tant que les calmants faisaient encore de l’effet. »

À propos des réactions à une médication administrée à une mère en travail, le docteur N. Eastman écrivit dans un éditorial: « Le déclenchement de la respiration est généralement moins rapide et moins vigoureux quand on a administré des sédatifs que lorsque l’on s’est complètement abstenu d’en donner. » — Obstetrical and Gynecological Survey.

Des études (publiées dans le Johns Hopkins Magazine) vont plus loin en laissant entendre que tout médicament donné pendant le travail, que ce soit un sédatif ou un anesthésique local, peut agir sur le fœtus. Ces recherches montrent qu’avec presque tous les médicaments on court le risque de bloquer l’action d’un enzyme transporteur d’oxygène, ce qui a pour conséquence la réduction du transfert d’oxygène au bébé par l’intermédiaire du placenta. Par contre, l’accouchement naturel accompagné d’une bonne préparation du mari et de la femme peut rendre cette médication superflue.

Des liens étroits

Les chercheurs ont découvert que la préparation à l’accouchement avait un autre avantage manifeste: l’établissement de liens plus étroits entre les parents et le nouveau-né. Tout d’abord, la préparation permet une délivrance plus rapide et sans incident. Il ne faut cependant pas croire que tous les accouchements se passeront vite et sans difficultés. Une mère dont le travail s’est déroulé paisiblement éprouvera sans doute plus facilement des sentiments positifs envers son bébé que celle qui a vécu un accouchement pénible. Quant au mari, sa participation lui permet d’éprouver lui aussi un sentiment d’intimité exceptionnelle avec son enfant nouveau-né. Un père exprima ce qu’il ressentait en ces termes: « Je me suis senti proche de mon fils dès sa naissance. Je prends tout naturellement une part active aux soins quotidiens et je crois que cela aura une influence considérable sur nos relations quand il sera plus grand. » Un autre père a dit également: « J’ai été surpris de l’efficacité de la préparation [à l'accouchement]. Les rapports que nous entretenons, ma femme et moi, avec le bébé sont étonnants. »

Comment se préparer à l’accouchement?

Tout d’abord, il faut insister sur le fait que la décision prise par chaque couple en ce domaine est entièrement personnelle. Les enfants, qu’ils soient nés à la suite d’un accouchement qui s’est fait sous anesthésie ou avec l’aide de parents spécialement préparés, sont, de toute façon, une bénédiction.

Cependant, si vous voulez en savoir plus sur la méthode Lamaze, l’hôpital local ou votre médecin de famille pourront sans doute vous informer à ce sujet. Les statistiques montrent que seulement une petite minorité des futurs parents profitent des cours de préparation qui leur sont proposés dans leur région. Néanmoins, certains décident de se préparer à l’aide de quelques-uns des livres excellents qu’ils ont pu trouver en librairie. C’est cette solution que Bertrand et Carole avaient choisie.

Donner naissance à un enfant et ensuite l’élever est vraiment une responsabilité impressionnante qu’il ne faut cependant pas affronter avec crainte ni avec une anxiété morbide. Certains parents ont trouvé que les cours de préparation à l’accouchement étaient une solution utile et réaliste.

TransPacific Préparation à laccouchement
Comment gagner Préparation à laccouchement

Si vous aimez cet article, laissez-nous un commentaire plus bas et partagez le sur Twitter et sur Facebook avec les boutons ci-dessous, j'en serai ravi!

Abonnez-vous à notre Newsletter et soyez automatiquement
informé dès qu'un nouvel article est publié,
recevez nos 4 cadeaux de bienvenue.
Nom:
Adresse mail:

Sachez que vos données resteront confidentielles
Concu par WP-Optin-Form

Une réponse à “Préparation à l’accouchement”

Laisser un commentaire


Ce blog est dofollow ! 

Voulez-vous obtenir
GRATUITEMENT
du trafic sur votre site ou votre Blog ?


Créer une vidéo pour augmenter ses visiteurs   methode secrète pour le marketing

Dites moi ci-dessous à quelle
adresse e-mail
je peux vous
envoyer gratuitement
mes deux supers cadeaux.

Prénom:
Adresse mail:
Travail a domicile Option Binaire
Logiciel de Référencement
Utiles

Travail a domicile Trade
Notre blog degoter.com est Boosté par WP-AVALANCHE

Notre blog degoter.com est Dofollow! Vos commentaires seront référencés rapidement par Google...et bien d'autres!

-->